S comme SAMHA

Couverture de La Revue française
de Généalogie
 
n° 218 
En 2012, dans Vos ancêtres à travers les archives militaires, nous avions dédié une page à « Votre ancêtre a été... blessé ou malade en service », en renvoyant principalement au cadre de classement des archives conservées à Limoges. 

C'est pourquoi, j'ai été particulièrement heureuse de pouvoir publier dans le cadre de ma première collaboration avec La Revue française de généalogie un article plus détaillé sur les documents méconnus conservés par le Service des archives médicales et hospitalières des armées (SAMHA).

Dans Q comme Quarante-six C, j'ai principalement évoqué les sources conservées par le SAMHA et produites dans les formations de l'avant pendant les périodes de guerre. Mais les archives médicales sont bien plus riches !


S comme #SAMHA...

Une photo publiée par Sandrine Heiser (@tokenheiser) le


Le SAMHA conserve en effet les dossiers médicaux de plus de cinq ans des patients (militaires mais également civils) accueillis dans les hôpitaux et les formations sanitaires militaires... au total, près de 80 kilomètres linaires d'archives. Les fonds sont classés par périodes chronologiques et par secteurs géographiques, puis à l’intérieur de ces tranches par formation sanitaire.


Qu'est-il advenu des époux GERVAIS ?


J'ai espéré y trouver des informations sur les époux Gervais dont nous perdons la trace en Tunisie au début du XXe siècle... et qui aurait pu être hospitalisés. Malheureusement, pour avoir une chance de retrouver votre ancêtre dans les fonds très lacunaires antérieurs à 1914, il faut impérativement connaître le nom et le lieu de stationnement de la formation hospitalière ainsi que la date d'admission du malade. Ce qui n'est pas mon cas !

Il ne m'a donc pas été possible de résoudre ce mystère…mais j'ai eu la surprise de trouver au détours d'une travée mon propre dossier médical, produit par la maternité de l'hôpital d'instruction des armées Bégin, en 2005, à l'occasion de la naissance de ma fille... Aucun doute, il était rose !

Présentation du SAMHA par Nadine Lannelongue,
responsable du département exploitation (1er avril 2015)

Commentaires

  1. Se retrouver dans les archives, de son vivant ! Le comble pour une archiviste ? ;-)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai surtout été impressionnée par la qualité des dossiers médicaux collectés par mes collègues archivistes hospitaliers. Du grand art !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

A comme Aliénor d’Aquitaine

K comme Kaas

A comme #AAFtroyes16