G comme Grand Mémorial

En 2014, je souhaitais consacrer la lettre G au Grand Mémorial... mais celui-ci n'étant pas officiellement lancé, j'ai différé cette publication... et j'ai bien fait ! Car j'ai d'abord été réservée sur l'apport immédiat de ce beau projet, dans la mesure où seules 19 bases étaient accessibles lors du lancement : 17 services d'Archives départementales, les Archives nationales d’Outre-Mer et le site Mémoire des Hommes.

État de la numérisation et de l'indexation dans les départements

En outre, à ce jour, les bases ne disposent pas toutes des 13 champs d'indexation... même si certaines permettent déjà de passionnantes recherches sur les professions (Alpes-de-Haute-Provence, Côtes-d’Armor et Var). C'est pourquoi, la Seine-Maritime a sollicité les internautes pour l'annotation collaborative des registres matricules afin  de compléter l'indexation existante et à terme enrichir le Grand Mémorial !





Tweets du 11 avril des @ArchivesFrance

Lors des Rencontres du Web 14-18, les Archives de France ont souligné leur rôle d'incitateurs et d'impulseurs, tout en rappelant que les collectivités territoriales déterminent leur propre politique.


Le Grand Mémorial est un pont entre l'histoire individuelle et nationale...


Quel est l’intérêt de disposer d'une base nationale pour les registres matricules ?


Le principal intérêt est de permettre, à partir d'un point d'entrée unique, d'accéder à des ressources disséminées sur l'ensemble du territoire et conservées par différentes institutions patrimoniales.

Couverture du n° 215 de
La Revue française de généalogie
En effet, la base nationale ne contient que les données de l'indexation et permet de rediriger l'internaute vers les documents publiés sur les sites des Archives départementales, des ANOM ainsi que sur Mémoire des Hommes pour ce qui est du fichier des Morts pour la France. 

Le Grand Mémorial, c'est vraiment Le parcours militaire de votre aïeul en 3 clics ! Il permet de retrouver en une seule recherche différents types de documents permettant de retracer le parcours des conscrits qui ont participé à la Première Guerre mondiale, et pas seulement ceux qui y sont morts.

Il me semble que le meilleur moyen de le démontrer est de donner un exemple concret en partant d'une de mes recherches résolue grâce au Grand Mémorial.

Sur le site Mémoire des Hommes, la fiche « Mort pour la France » du sous-lieutenant Beaudot  indique qu’il a été recruté à Toul sous le n° matricule 230. Mais après vérification...  l’information s’avère erronée !

Page d'accueil du Grand Mémorial
Détail de la fiche d'Achille Beaudot
sur le site Mémoire des Hommes

Une recherche simple réalisée à partir du Grand Mémorial sur le nom et le prénom permet de retrouver un homonyme, dont le registre matricule serait conservé aux ANOM. En cliquant sur le lien, il s'agit bien du même officier, né le 28 mars 1886 à Morville-sur-Nied en Moselle.
Détail de la fiche matricule d'Achille Beaudot sur le site des ANOM

Avant le Grand Mémorial, ce type de recherche aurait eu très peu de chance d'aboutir en trois clics ! Grâce à cet outil de recherche, j'ai pu ajouter le 30 mars dernier certaines informations sur le site Mémoire des Hommes (Classe : 1911 ; Matricule au recrutement : 1267 ; Bureau de recrutement : Oran)... données qui par moissonnage viendront enrichir le Grand Mémorial...
La boucle est bouclée !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A comme Aliénor d’Aquitaine

K comme Kaas

A comme #AAFtroyes16