A comme Apostolle

Contrairement au challenge 2014, où je me suis lancée dans l'aventure sans avoir le moins du monde prémédité les sujets sur lesquels j'allais me pencher... en 2015, j'ai souhaité me concentrer essentiellement sur quelques interrogations qui me préoccupent, pour certaines, depuis de nombreuses années déjà !

La Postolle au XVIIIe siècle (Détail de la carte de Cassini [Troyes]
Source : gallica.bnf.fr - Bibliothèque nationale de France)
C'est le cas notamment pour l'énigme de l'Apostolle... au départ il me semblait qu'il s'agissait de La Postolle, mais le courrier qui m'a été adressé par le maire de Rouilly-Sacey précise que « la ferme de l'Apostolle existe toujours » mais qu'aucune personne ne se souvient des époux Daulier !

Vue aérienne de la ferme de l'Apostolle (IGN Portail)
J'ai déjà beaucoup publié sur le soldat Daulier... et pourtant, je ne parviens toujours pas à m'expliquer son détours par l'Aube, où il est rappelé à l’activité le 18 décembre 1914 dans le 82e régiment d’infanterie.

Pourquoi la famille Daulier aurait-elle établi résidence dans l'Aube à Rouilly-Sacey  ?


Dans le recensement de la population de Rouilly-Sacey en 1911, disponible en ligne, il n'y a aucune trace d'Albert et de son épouse. Ce qui est d'autant plus logique... que l'unique enfant du couple est né cette même année, le 2 juin, mais à Valognes dans la Manche ! Alors, pourquoi Albert Daulier aurait-il indiqué à l’administration militaire qu'il résidait dans cette localité... vraisemblablement durant moins d'un mois, du 18 décembre 1914 au 11 janvier 1915 ?

Détail de la fiche matricule d'Albert Daulier
(Archives départementales de l'Yonne, 1 R 660)
À la date du jugement déclaratif de décès, le 17 novembre 1921, le dernier domicile connu du soldat Daulier est la ferme de la Postolle selon la transcription de l'acte...

Extrait de la transcription du jugement déclaratif de décès d'Albert Daulier
(Mairie de Rouilly-Sacey dans l'Aube)
Mystère non élucidé à ce jour, mais qui a pour conséquence l’inscription durable dans la pierre du nom d'Albert Daulier sur le monument aux morts de la commune où il n'a vraisemblablement fait que passer...

Commentaires

  1. Très mystérieux tout ça ! Avait-il de la famille sur place ? Exerçait-il un métier itinérant ?

    La suite dans les prochains jours?

    En tout cas, bon courage pour le Challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces encouragements !
      De la famille dans l'Yonne... oui, mais a priori pas dans l'Aube...
      Il était cordonnier.
      Je vais à Troyes lundi prochain et j'en apprendrai peut-être un peu plus !

      Supprimer
  2. Submergée par le challenge AZ, je prends enfin le temps de lire vos articles. Votre blog me plait. Je vais vous suivre régulièrement.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Sandrine,
    Je trouve enfin un peu de temps pour lire les articles des autres généablogueurs. Impatient d'en savoir plus sur le soldat Daulier.
    À très vite

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

A comme Aliénor d’Aquitaine

K comme Kaas

A comme #AAFtroyes16