D comme DAULIER Albert, mort pour la France

Vous l'aurez compris... C comme Cendrine n'était qu'un prétexte pour aborder la question mosellane et les difficultés qui peuvent surgir lors d'une recherche généalogique... liées à la langue, ou encore, à la transcription d'actes écrits en allemand gothique ou Spitzschrift.

Les aléas de notre histoire nationale ont fait que mes ancêtres se sont retrouvés pendant la Grande Guerre dans les lignes ennemies, et de fait,  n'ont pas pu mourir pour la France.

Revue historique des armées, n° 274, 1/2014, p. 116
Albert Daulier, l’arrière-arrière grand-père de ma fille Suzane, a connu ce sort tragique le 1er juin 1915 et figure parmi les 1,3 million de militaires mort pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Inhumé comme inconnu au cimetière du Bois-le-Prêtre, le corps du soldat Daulier a été finalement exhumé(1) et identifié grâce à sa plaque matricule avant d’être transféré au cimetière du Pétant à Montauville le 21 juillet 1926. 

Ce ne sont que bien des années plus tard que ses petits-enfants ont retrouvé sa trace grâce aux sites Mémoire des hommes et Sépultures de guerre.

Copie d'écran de l'annotation de la fiche d'Albert Daulier
Afin de lui rendre hommage, j'ai indexé sa fiche « Mort pour la France » sur le site Mémoire de hommes et je lui ai consacré un article dans la Revue historique des armées... qui vient tout juste de paraître... et dont je vous livre la conclusion :
S’il ne fait nul doute que « nos rituels nous reflètent bien mieux que des discours », notre collaboration à l’indexation du site Mémoire de hommes en est un qui contribue efficacement à commémorer les anonymes… comme le soldat Daulier.
Et pour ce qui est des « Morts sous l’uniforme allemand avec un cœur français », ils sont à rechercher dans Le livre d’or du souvenir français, Lorraine, Alsace, Lorraine Sarroise, Luxembourg publié en 1929 afin de rendre hommage aux victimes de la défaite de 1871 morts au front pendant la Grande Guerre.

Archives nationales, Bibliothèque historique (In-4°-5925)


(1) C’est en partie le « scandale des exhumations militaires » qui a inspiré le dernier prix Goncourt Au revoir là-haut.

 

Commentaires

  1. J'imagine l'émotion en trouvant sa fiche ! Belle initiative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une grande émotion,suivie d'un pèlerinage sur sa tombe.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

A comme Aliénor d’Aquitaine

A comme Addiction

K comme Kaas